Reducción

Nous quittons notre étape en empruntant une vallée semi-aride qui, après un col de plus de 3000 m, se transforme en « petite Suisse sous les tropiques ». La prochaine escale est programmée à San Miguel de Tucuman grande ville de 800.000 habitants et capitale de la Province du même nom. Bâtie par les Espagnols selon un plan en damier elle se situe dans la riche plaine du nord de l’Argentine consacrée aux cultures comme la Pampa au sud l’est à l’élevage.

Fertile, bien irriguée et baignée de soleil les récoltes y sont abondantes. Céréales, maïs, canne à sucre, tabac, agrumes, légumes du potager (tomates, aubergines, poivrons, carottes, fraises, …) constituent des ressources abondantes. L’arrivée du chemin de fer à la fin du XIX° a favorisé  un commerce prospère qui a fait de l’Argentine un des premiers exportateurs de produits agricoles. La période moderne voit l’utilisation des sous-produits de ces denrées pour élaborer des bio-carburants, des huiles essentielles et concentrés de fruits.

Déjà à l’arrivée des Incas ce bassin d’activité a contribué à nourrir les populations de l’Altiplano et peut être l’Inca lui-même, animant un courant d’échanges qui illustre la notion de complémentarité des espaces chère à nos amis géographes.

Dans cet îlot de prospérité « La Reducción » mission des Jésuites de San José de Lules a été fondée à la fin du XVII° siècle. Reconnaissant les peuples locaux comme des êtres à part entière, aussi, au-delà du salut de leurs âmes, les Jésuites cherchent à insérer les Indiens dans la société coloniale en utilisant toutes leurs ressources d’éducateurs, en allant jusqu’à utiliser la musique pour les amadouer. Prudents toutefois ils creuseront un tunnel souterrain de 5 kms pour assurer leur évacuation en cas de danger. Après leur expulsion décidée en 1767 par Carlos III Rey d’Espagne, leurs successeurs, les Dominicains moins inspirés, n’auront pas le même succès auprès des indigènes.

Autre heure de gloire de ces lieux la visite du général Delgado en 1812, héros national de l’indépendance de l’Argentine avec le général San Martin. Une fois l’indépendance acquise une délégation du Congrès est venue depuis Buenos Aires rendre hommage à la province de Tucuman berceau de l’insurrection contre la couronne d’Espagne.

Il est à regretter que les touristes ne se pressent pas plus en ce lieu inspiré dont les organisateurs de circuits n’assurent pas la promotion.

Et cerise sur le gâteau nous apprenons que les fraises acclimatées pour la première fois en Bretagne au XVIII° siècle proviennent d’Amérique du sud, ramenées par un certain Sieur Fraizier ce qui ne s’invente pas.

Arriba Argentina!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :