Des photographes au Japon : autour de l’album « Stillfried & Andersen »

« Commerce », Raimund von Stillfried, 1875, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

 

En 1866, l’incendie de Yokohama détruit en grande partie leur atelier mais Beato se remet à l’ouvrage et reconstitue en moins de deux ans son fonds de plaques de verre. Il publie en 1868 ses premières séries de photographies en deux volumes intitulés Views of Japan, recueil de paysages japonais, et Native types, album de portraits et de scènes de la vie quotidienne.

« Guerrier en armure traditionnelle », Raimund von Stillfried, 1875, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

« Guerrier en armure traditionnelle », Raimund von Stillfried, 1875, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

 

D’autres photographes s’installent bientôt à Yokohama, comme le baron autrichien Raimund von Stillfried Rathenicz (1839-1911), qui travaille avec Beato avant d’ouvrir son propre studio en 1871. Stillfried entreprend plusieurs voyages, dont un reportage à Hokkaidô en 1872 puis, en janvier 1877, il choisit comme partenaire commercial le photographe allemand Hermann Andersen. La nouvelle compagnie Stillfried & Andersen rachète quelques jours plus tard le fonds Beato et exploite le stock de plaques négatives jusqu’en juin 1878.

« Hakone – Lac Ashi », Felice Beato, 1877-1878, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

« Hakone – Lac Ashi », Felice Beato, 1877-1878, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

 

Les cinq volumes de la Société de géographie intitulés Japonais forment un des exemplaires les plus complets au monde de l’album « Stillfried & Andersen » avec trois cent cinquante épreuves photographiques réalisées et coloriées à la main en 1877 et 1878 dans l’atelier Stillfried & Andersen à partir de plaques négatives de Stillfried lui-même, du fonds Beato racheté en 1877, mais également d’autres photographes. La liste manuscrite des photographies, insérée dans l’un des volumes, pourrait être de la main de Stillfried.

Les sujets traités, les lieux représentés, souvent empruntés aux maîtres de l’estampe (ukiyo-e), donnent l’image d’un pays immuable alors même que l’archipel entre en 1868 dans la période de profonds bouleversements de l’ère Meiji. Ce décalage s’explique aisément par le public auquel sont destinés les clichés, clientèle naissante de touristes étrangers qui profite de l’ouverture du pays. Les voyageurs au Japon sont nombreux : Aimé Humbert, Emile Guimet, Edmond Cotteau, Hugues Krafft, pour ne citer que quelques Français. Leurs itinéraires dans l’archipel se recoupent en bien des relais du Tokaido, cette route historique qui relie l’ancienne résidence impériale, Kyoto, à la nouvelle capitale du shogun, Tokyo. À la recherche d’exotisme et au goût des voyageurs pour le pittoresque, les photographes répondent par ces images d’un Japon éternel : paysages célèbres, temples et lieux sacrés, portraits de femmes élégantes, figures de samouraïs, métiers et scènes de rues.

« Commerce », Raimund von Stillfried, 1875, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

« Commerce », Raimund von Stillfried, 1875, Fond de la Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

 

En 1881, Kinbei Kusakabe (1841-1934), élève de Beato et Stillfried, ouvre son propre studio à Yokohama et acquiert quatre ans plus tard une partie des négatifs de ses deux maîtres qu’il retirera régulièrement. Les studios japonais sont déjà nombreux et proposent plusieurs milliers de vues touristiques aux voyageurs. Si les images du Japon d’autrefois sont de loin les plus répandues, certaines vues trahissent le processus irréversible de modernisation et d’occidentalisation que résume l’expression Bunmei Kaika (civilisation et lumière).

 

Olivier Loiseaux – Département des Cartes et plans


Cet article a été publié le 30/07/2014 sur le blog de la Bibliothèque nationale de France : Des photographes au Japon : autour de l’album « Stillfried & Andersen ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :