La Géographie n° 1546 (3ème semestre 2012) – Dossier spécial : le paysage

DOSSIER SPECIAL : LE PAYSAGE

Vous pouvez commander directement en ligne cette publication au tarif de 7€ : 


Image d’aperçu

 

Vous pouvez aussi vous abonner à l’année au tarif de 25€ pour la France, 29€ pour l’étranger en remplissant puis en nous renvoyant ce bon de commande. 

. Cette publication est également disponible en téléchargement direct : La Géographie n°1546.

 

Editorial : Le paysage, notre culture commune

Observons les touristes, les autres et nous, avec quelle frénésie nous tentons de mettre dans notre boîte numérique les chutes du Niagara, le mont Saint-Michel, la Cité interdite, le Machu Picchu, les dunes du Sahara et jusqu’à la moindre des petites plages ou le plus banal des bois dans les ors de l’automne. Aucun anthropologue n’explique facilement le sens de cette addiction à la photo tout terrain. Mais tout le monde s’accorde à reconnaître que certains lieux suscitent l’émotion et coupent le souffle, qu’un paysage « mérite le détour », qu’il peut être devenu une icône et qu’il faut sans doute le « protéger ». Cet été, la chambre de commerce de Monza et Brianza (Italie) a tenté de donner de la substance à cette valeur des paysages en calculant ce que « valent » la Tour Eiffel, le Colisée, la Sagrada Familia qui pointent au centre de nombreux clichés. Peu importent, au fond, ces milliards d’euros sur des monuments emblématiques qui « font paysage » s’ils n’étaient l’une des multiples manières de concevoir notre rapport au monde.

Étonnons-nous. Étonnons-nous devant un paravent japonais au paysage peint, à la fois objet esthétique et écran, qui invite à nommer l’invisible qu’il offre et dérobe en même temps. Étonnons-nous qu’un film américain ou russe ait fait du paysage non pas un décor mais un acteur à part entière du film. Étonnons-nous encore que nos parcs urbains ressemblent tant à ceux que la Chine a inventés il y a plus de mille ans.

Car le paysage n’a pas été nommé comme tel en Europe avant les Temps modernes. Après la Chine, l’Italie et les Pays-Bas ont dessiné les contours de ce qui allait être avec le paysage, un media entre l’homme et le monde. Grâce aux peintres, ces paysages se sont imposés comme une manière idéale de traduire nos représentations. L’école de géographie française en a fait des outils de travail pour les chercheurs. Un outil qui est utilisé aujourd’hui par les multiples gestionnaires de l’espace, tant dans les collectivités territoriales qu’à l’échelle mondiale de l’Unesco.

Dans l’abondante littérature sur les paysages (Les raisons du paysage, d’A. Berque, Paysages européens et mondialisation, Champ Vallon, Histoire du paysage français de J.-R. Pitte, etc.), on est étonné des ressources mises en oeuvre par les sociétés pour utiliser les paysages à des fins économiques, environnementales, esthétiques, identitaires voire géopolitiques. Les institutions internationales comme le Conseil de l’Europe ou les Nations unies ont pris conscience de cette responsabilité en créant des instruments juridiques qui mettent au service des sociétés des outils de gestion directe des paysages. Va-t-on vers des normes communes à l’échelle planétaire, analogues à ce que la Déclaration universelle des droits de l’homme a initié ?
C’est possible. Et peut-être souhaitable. Pour peu que les paysages aident à créer cette culture partagée que l’humanité cherche dans sa quête d’absolu.

Gilles Fumey


 

Sommaire du n° 1546

Enköping, modèle énergétique

par Lionel Cime, p. 6

Courte histoire de l’agrafe des paysages

par Jean-Louis Tissier, p. 10

Le paysage marin

par François Bellec, p. 18

La naissance du paysage en Chine

par Augustin Berque, p. 24

Portfolio : paysages en chantier

par Gilles Fumey et Brice Gruet, p. 32

Paradis fiscal ?

par Philippe Rekacewicz et Brice Gruet, p. 36

Mondes souterrains

par Christophe Gauchon, p. 38

Le Musée imaginaire : territoires du rêve

par Brice Gruet, p. 43

Yi-Fu Tuan, invité de la Géographie

par Paul Claval, p. 50

Chypre entre l’Europe et la Turquie

par Pierre-Yves Péchoux, p. 58

Les nouvelles de la géographie, p. 50 Penser (avec) le corps

par Jean Estebanez, p. 62

Passer en Amérique par le chas d’une aiguille

par Christian Grataloup, p. 64

Ce qu’on ne sait pas en géographie

par Jean-Robert Pitte, p. 66

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :